Guide pratique sur le sertissage de pièces mécaniques

Sertissage de pièces mécaniques

Le sertissage est un terme très utilisé dans le domaine de la mécanique. C’est un procédé de raccordement qui consiste à assurer la liaison entre deux pièces ou entre deux substances distinctes. Il est souvent employé dans les installations sanitaires, les raccords de chauffages PER ainsi que dans les systèmes de chauffage multicouche. Il présente de nombreux avantages quand il s’agit des équipements en cuivre ou en acier. Voici un guide pratique sur tout ce que vous devez savoir sur le sujet.

Qu’est-ce que l’assemblage mécanique par sertissage ?

En choisissant l’assemblage mécanique par le biais du sertissage, vous optez pour une méthode facile à réaliser et qui ne demande pas de compétences particulières en la matière. En comparaison à d’autres pratiques, ce procédé a l’avantage d’assurer la rapidité de raccordement. En d’autres termes, le sertissage est une méthode d’assemblage à froid plutôt utilisé pour le raccordement des tubes de climatisation, de plomberie ou encore de chauffage. Aujourd’hui, il a presque remplacé toutes les méthodes traditionnelles comme les soudures ou les brasages. Il s’agit également d’un procédé qui assure la sécurité de l’opérateur à l’aide d’une détection visuelle des raccords non sertis. Pour faire simple, il garantit que le risque d’incendie soit quasiment nul pour la bonne raison que vous n’aurez pas à utiliser de flamme. De plus, sa polyvalence est très appréciée, étant donné qu’il s’adapte à tous les appareils de chauffage et à toutes les applications sanitaires nouvelle génération. En plus, cette technique d’assemblage de pièces mécaniques apporte un confort au travail, ce qui est un avantage à ne pas négliger. Avec lui, le poids de l’outillage est réduit et vous n’aurez pas à inhaler de la fumée. En somme, le sertissage est une méthode tout simplement très avantageuse. Pour vos prochains travaux de recherche d’expert dans le domaine, n’oubliez pas de visiter le site www.lj-industries.fr.

Les outils indispensables pour le sertissage

En usinage, il existe deux types d’outils spécifiques pour réaliser ce procédé à savoir les outils manuels et ceux qui sont électriques. Pour plus de facilité, le technicien privilégie surtout les outils électriques. Par ailleurs, cela s’avère être plus pratique pour les tâches répétitives et complexes. En effet, la pince à sertir électrique permet plus de rapidité, en plus de garantir la standardisation de la technique afin d’assurer un sertissage réussi. Cette machine s’accompagne d’inserts de différents types ainsi que de mâchoires pour s’adapter aux raccords et au diamètre du tube à raccorder. Vous pouvez trouver trois différents types de mâchoires. Il y a d’abord la mâchoire mère avec inserts. Ces dernières permettent de modifier le matériau ou le diamètre du tube sans avoir besoin de changer l’intégralité de la mâchoire. Vous pouvez l’utiliser sur de l’acier, du multicouche, du cuivre et sur tout type de réseau. Ensuite, il y a la mâchoire monobloc qui s’adapte à tous les diamètres et à tous les profils de sertissage. Elle ne nécessite pas de gestion d’inserts et est donc facile à utiliser. Enfin, il y a l’adaptateur avec chaînes, utilisé pour les tubes aux diamètres plus grand.

Les différentes étapes du sertissage

Le sertissage est une technique de montage et d’assemblage simple mais qui nécessite tout de même une grande précision et quelques compétences de la part de l’expert. Pour assurer un bon raccordement et, par la même occasion, pour éviter des problèmes de dysfonctionnements dans le futur, il faut suivre de nombreuses étapes. Il faut donc commencer par couper les tubes à la longueur souhaitée et selon le matériau. Pour ce faire, le technicien peut utiliser une scie à denture, une scie mécanique ou encore un coupe-tube. Pour les pièces métalliques, il faut faire attention et couper complétement le matériau pour éviter le risque de corrosion. En second lieu, veillez à bien préparer le tube en ébavurant et en limant l’intérieur et l’extérieur de ses extrémités. En vue d’obtenir un bon résultat, la cavité d’enchâssement doit être inscrite sur la pièce. Ce repérage permet de reconnaître toute intervention sur le joint avant le sertissage. Assemblez ensuite le joint sur le tube en insérant doucement celui-ci dans le raccord jusqu’à la profondeur d’insertion marquée auparavant. Avant de procéder au sertissage, l’installateur doit faire une dernière vérification des mâchoires, des inserts et des chaînes de sertissage. Enfin, une fois la technique entamée, elle ne doit pas être interrompue.

Les points essentiels à retenir

Pour que le travail soit fait en toute sécurité, il existe des points de vigilance qu’il faut garder à l’esprit. Entre autres, vous devez veiller à utiliser la bonne dimension de mâchoire en prenant en compte le profil et le diamètre du raccord. Il faut aussi vérifier si les mâchoires sont en bon état avant de les utiliser. De même, tâchez de vérifier la propreté de l’intérieur et de l’extérieur du tube. N’oubliez pas aussi de positionner correctement la machine à sertir sur le raccord. En dernier lieu, vous devez vous assurer de finir la manipulation, une fois le sertissage lancé. Pour réaliser le travail, il vaut toujours mieux faire appel à un professionnel en mécanique de précision. Cela vous évitera de nombreux problèmes. Par contre, notez que pour pouvoir assurer un raccordement de façon rapide et simple, l’expert doit maîtriser la technique. De ce fait, vous devez vérifier ses compétences avant de l’engager.

Le rôle d’un bureau d’études mécaniques
Pourquoi utiliser un logiciel de modélisation 3D ?